RDC: des obus tombent sur Goma

  • 22 mai 2013
Image caption Le personnel médical traite un blessé après un tir d'obus sur Ndosho à Goma dans l'Est de la RDC, le 22 mai 2013.

Des obus d'artillerie sont tombés sur un faubourg de Goma, Ndosho, dans l'est de la RDC, tuant un enfant et faisant plusieurs blessés parmi ses frères et soeurs.

D'après le colonel Premanku Ghosh, un officier de la Monusco cité par l’agence AP, la rébellion du M23 a tiré deux roquettes mercredi qui ont explosé dans le quartier de Ndosho.

L’incident s’est déroulé au 3ème jour des combats près de Goma entre les rebelles du M23 et les Forces armées de la RDC, et à la veille de la visite jeudi à Goma du secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon.

“La situation semble se détériorer, avec des civils pris dans les combats. Chaque camps doit faire tous les efforts possibles pour éviter les victimes civiles”, déclaré l'ONG Human Rights Watch .

Un responsable de l'hôpital de Ndosho a indiqué qu’au moins 6 personnes ont été admises, dont certaines en soins intensifs.

Les combats ont repris dès l’aube entre les rebelles du M23 et les Forces armées de la RDC.

"Les FARDC nous ont attaqué depuis 6h du matin (...) dans la zone de Mutaho, avec des mortiers, des chars, des BM (lance-roquette)", a déclaré mercredi à l'AFP le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole militaire du M23.

Selon le lieutenant-colonel Hamuli, porte-parole de l'armée au Nord-Kivu, le M23 a commencé "car ils veulent à tout prix prendre Mutaho, mais ça ne peut pas se faire! (...) On est en train de riposter pour défendre nos positions et jusqu'à présent on a rien perdu".

Vianney Kazarama, porte-parole militaire du M23, a affirmé que le M23 n'avait pas l'intention de s'emparer de Goma, qu'il avait occupée une dizaine de jours fin novembre.

Le M23 s'est déclaré prêt mercredi soir à "une cessation immédiate des hostilités" avec l'armée afin de faciliter la visite du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon à Goma, a indiqué dans un communiqué Amani Kabasha, chargé de la communication de la rébellion.

Lire plus