Burundi: le président défend la loi

Image caption Pierre Nkurunziza, le président burundais.

Le président burundais, Pierre Nkurunziza a défendu mercredi la nouvelle loi controversée sur la presse, promulguée la veille.

Le chef de l'état burundais estime que cette loi cadre avec le contexte régional.

“C’est une loi moyenne par rapport aux autres dans le monde”, a-t-il déclaré à BBC Afrique, la jugeant “bien faconnée à la taille du Burundi”.

“Si vous n’etes pas content sur tel ou tel autre point aujourd’hui, il faut patienter”, a-t-il ajouté.

La nouvelle loi sur la presse a été qualifiée de "liberticide" par le syndicat des journalistes burundais.

Elle a été dénoncée par l’opposition ainsi que par la société civile burundaise, les organisations internationales de défense des droits de l'homme ou de la liberté de la presse et plusieurs pays occidentaux.

Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a "déploré" mercredi la promulgation d'une loi, qui selon lui, “pose de très sérieuses restrictions à l'exercice du métier de journaliste au Burundi et n'apparaît pas en conformité avec les engagements que ce pays a pris en tant que signataire du Pacte international relatif aux droits civils et politiques".

Le texte restreint notamment la protection des sources et confie désormais le soin au Conseil national de la communication, nommé par l'exécutif, d'accorder ou de retirer la carte de presse.