Sahel: les otages d'Aqmi sont en vie

French hostages
Image caption Deux des otages français enlevés par Aqmi

Dans un communiqué posté sur son compte Twitter, le groupe ajoute qu'il "aimerait garantir aux familles et aux proches des otages la sécurité de leurs enfants", et qu’il reste ouvert aux négociations en vue de leur libération.

"Même si nous approchons des trois ans de détention des otages, nous sommes ouverts à des négociations. Nos demandes étaient claires et légitimes. Mais elles ont été rejetées", affirme Aqmi dans son communiqué.

Mais ce groupe d’islamistes lié à Al-Qaïda, prévient que les otages seront tués en cas d’une nouvelle intervention militaire française au Sahel.

Parmi les huit otages figurent quatre Français employés du groupe Areeva, enlevés le 16 septembre 2010 à Arlit, dans le nord du Niger, et un autre citoyen français, capturé le 24 novembre 2011 dans un hôtel à Hombori, près de Mopti, au Mali.

Un Suédois, un Néerlandais et un Sud-Africain enlevés ces dernières années à travers l'Afrique saharienne seraient également détenus par Aqmi.

Al Qaïda au Maghreb islamique promet la diffusion prochaine d'une nouvelle vidéo des otages.