L'UA juge le scrutin au Zimbabwe crédible

Image caption Olusegun Obasanjo, ancien Président du Nigéria et chef de la mission d'observation de l'UA au Zimbabwe.

Le chef de la Mission d'Observation de l'Union Africaine et ancien président du Nigéria, Olusegun Obasanjo affirme que les élections générales au Zimbabwe étaient libres, justes et crédibles.

Il a ajouté qu'il y avait eu des incidents au cours du scrutin, mais qu' ils n'étaient pas assez significatifs pour affecter le résultat global.

En revanche, la mission de l'UA a fait part de sa préoccupation quant à la la forte proportion d'électeurs qui ont été refoulés aux bureaux de vote.

Le président Zimbabwéen, Robert Mugabe devrait pouvoir compter sur une majorité des deux tiers des sièges à l'Assemblée nationale, où le MDC du Premier ministre Morgan Tsvangirai était jusqu'à présent majoritaire.

La Zanu-PF a déjà revendiqué la victoire, avec soixante-dix pour cent des voix.

Rugare Gumbo, le porte-parole du parti indique que selon les premiers résultats disponibles, le vote devrait assurer 130 à 140 sièges au régime en place.

Mais le rival de Mugabe à la présidentielle, Morgan Tsvangirai, a rejeté le scrutin et dénoncé des intimidations et des fraudes.

En cas de contestation des résultats Morgan Tsvangirai a peu de chances d'obtenir un recours car le système judiciaire est soumis au Président Mugabe, d'après les correspondants de la BBC sur place.

Par ailleurs, les violences électorales qui ont entaché les précédents scrutins poussent les parties à donner la priorité à la stabilité régionale.