Madagascar: déblocage pour l'élection

Le tribunal spécial pour la présidentielle a invalid les candidatures d'Andry Rajoelina, Lalao Ravalomanana et de Didier Ratsiraka.
Image caption Le tribunal spécial pour la présidentielle a invalid les candidatures d'Andry Rajoelina, Lalao Ravalomanana et de Didier Ratsiraka.

Le Tribunal spécial pour les élections a annoncé samedi avoir annulé les trois candidatures contestées pour l'élection présidentielle.

C'était aussi la condition posée par la communauté internationale pour reconnaître les élections.

Dans une liste révisées des candidatures à la présidentielle, publiée sur le site internet du Tribunal spécial pour les élections les noms des trois candidats contestés ont disparu:

celui de l'actuel homme fort de Madagascar Andry Rajoelina, de l'ancien président Didier Ratsiraka et de Lalao Ravalomanana, épouse de l'ancien chef de l'Etat Marc Ravalomanana.

Rajoelina, ancien maire d'Antananarivo, est parvenu au pouvoir avec l'appui de l'armée en 2009.

Il s'était engagé à ne pas se présenter, mais il est finalement revenu sur sa décision, lorsque l'épouse de Marc Ravalomanana, qu'il avait chassé du pouvoir, a annoncé sa candidature.

Les trois candidatures étaient constestables sur le juridique:

Andry Rajoelina avait déposé le dossier de candidature après la date limite.

Lalao Ravalomanana n'était pas résidente à Madagascar au cours des six mois précédant le dépôt des candidatures comme l'exige le code électoral.

Enfin l'ancien président Didier Ratsiraka avait déposé son dossier deux jours après son retour de onze ans d'exil en France.

Les 18 juges du Tribunal spécial pour les élections ont prêté serment le 12 août.

Sa création était prévue dans la feuille de route, établie en septembre 2012 pour mettre fin à la crise malgache.

La date de l'élection n'a toujours pas été fixée, en raison des blocages politiques.