U E examine ses relations avec l'Egypte

Des mesures de sécurité exceptionnelles ont été prises par l'armée dans tout le pays.
Image caption Des mesures de sécurité exceptionnelles ont été prises par l'armée dans tout le pays.

Les présidents de l'U E et de la Commission européenne ont clairement fait comprendre aux autorités du Caire que de nouvelles violences auraient des conséquences pour le pays et la sous-région.

Les responsables européens menacent donc de prendre des mesures pour y mettre un terme afin favoriser un retour au calme, qui, selon l'Europe, incombe au gouvernement et à l'armée.

"Les appels à la démocratie et aux libertés fondamentales venant de la population égyptienne ne peuvent pas être ignorés, et encore moins être noyés dans le sang" lit-on dans le communiqué des institution européennes qui qualifie les tueries de ces derniers jours en Egypte qui ont fait des centaines de morts d'"injustifiables et d'intolérables".

Il réaffirme l'urgence de libérer les prisonniers politiques.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Nabil Fahmi, a souligné qu'il appartenait à l'Egypte de prendre ses propres décisions lors d'une conférence de presse retransmise par la Première chaîne publique.

"L'Egypte", a-t-il déclaré, "rejette toute tentative d'internationaliser les décisions" concernant le pays.

Il estime que de telles tentatives ne feront qu'"aggraver la polarisation de la société et les tensions et qu'elles entravent la réconcilation politique".

Mais il a tenu à assurer les journalistes "de l'engagement de l'Egypte à la démocratie et à la paix".

De son côté le gouvernement justifie l'action des forces de sécurité contre les partisans du président déchu, Mohamed Morsi.

Le ministre des Affaires étrangères par intérim a déclaré que son gouvernement faisait à une tentative de saper les fondements de l'Etat.

Une réunion de crise du cabinet a été convoquée dimanche pour de discussions sur la crise, alors que les Frères musulmans appellent à de nouvelles manifestations.

Mais, pour l'heure, la vie reprend son cours normal selon le correspondant de la BBC au Caire.

Les banques et le marché financier ont rouvert et on constate à nouveau les habituels embouteillages.

Lire plus