Nouveaux tirs et pillages à Bangui

  • 27 août 2013
Image caption Un officier de la Séléka serait derrière les incidents de mardi

Des tirs nourris suivis de pillages ont de nouveau eu lieu à Bangui dans la nuit de lundi à mardi dans le quartier Boy-rabe situé dans le quatrième arrondissement de la capitale.

Ces incidents ont obligé les riverains à fuir pour se réfugier dans d'autres quartiers de la ville.

Selon Junior Lingangué, le correspondant de la BBC en Centrafrique, les tirs ont comencé aux environs de 2h00 du matin pour s'arrêter vers 4H00.

C'est suite à l' intervention des forces de la Misca (l'ex-Fomac) que les tirs ont cessé.

Selon les témoignages des habitants de Boye-rabe, les tirs ont été les faits d'un officier de la séléka et de ces hommes qui habitent dans le quartier.

Pris de peur, Boy-rabe et les quartiers environnants se sont vidés de leurs habitants.

L'exode

L'exode commencé dans ces quartiers il y'a quelques jours s'est donc poursuivi avec les déplacés se réfugiant soit à l'Hôpital de l'Amitié situé dans le quatrième arrondissement soit dans les locaux de la paroisse catholique ou dans un monastère voisin.

Parralèlement, des actes de pillages ont été constaté par les habitants qui ont déserté le quartier mais aucun bilan humain n'a été signalé jusqu'à mardi soir.

La semaine dernière, une descente musclée des éléments de la Séléka dans les quartiers de Boy-rabe et de Boing à la recherche d'armes et de partisans de l'ex-président François Bozizé avait tourné au pire.

Au moins 11 personnes ont perdu la vie et une trentaine ont été blessés.

Boy-Rabé, dans le quatrième arrondissement, et Boeing dans le 3ème, sont considérés comme fiefs des partisans du président déchu, le Général François Bozize, actuellement en France.