RDC: la France saisit l’ONU

Image caption Un casque bleu de la Monusco patrouille à Goma en RDC le 29 août 2013.

La France a réclamé jeudi une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU sur la République démocratique du Congo, confrontée à une flambée de violences.

Le Conseil pourrait se réunir jeudi, au lendemain de la mort d'un casque bleu dans des affrontements avec les rebelles du M23 près de la ville de Goma, dans l'est du pays.

L'armée congolaise et les casques bleus de la Monusco poursuivaient jeudi leur offensive contre les rebelles du M23 à une quinzaine de kilomètres au nord de Goma.

Les hélicoptères d'attaque de l'ONU sont entrés en action pour le deuxième jour de suite, a indiqué le colonel Prosper Basse, porte-parole militaire de la Monusco.

La Monusco a condamné dans un communiqué le meurtre du casque bleu et a indiqué qu'il était de nationalité tanzanienne.

"Je suis choqué par le meurtre, ce jour, par le M23, de ce soldat de la paix tanzanien", a déclaré le chef de la Monusco, Martin Kobler.

Selon lui "il a sacrifié sa vie pour protéger la population civile de Goma".

Le Casque bleu a été tué lorsque le M23 a tiré sur une position des Nations unies près des hauteurs de Kibati, au nord de Goma, a indiqué la Monusco.

Il appartenait à la brigade d'intervention créé récemment par les Nations unies et auquel participe la Tanzanie avec un millier d'hommes.

Lire plus