Egypte: appel à la lutte d'al-Qaïda

Plusieurs dizaines de milliers de manifestants ont encore manifesté vendredi en faveur du président destitué Mohamed Morsi
Image caption Plusieurs dizaines de milliers de manifestants ont encore manifesté vendredi en faveur du président destitué Mohamed Morsi.

Un dirigeant d'Al-Qaïda en Irak a appelé samedi les Egyptiens à prendre les armes contre l'armée, affirmant que la répression sanglante des manifestants islamistes démontrait l'inanité des méthodes pacifiques.

"L'armée égyptienne a décidé de lutter contre les croyances musulmanes", a accusé Abou Mohammed al-Adnani, porte-parole de l'Etat islamique d'Irak (ISIL), dans un message audio diffusé sur un site internet jihadiste.

Il déclare notamment que "l'armée égyptienne est une armée qui protège l'usure, les bordels, les Juifs, les Coptes et les Chrétiens qui luttent contre Allah et son prophète".

Le porte-parole dénonce les "armées tyranniques" des pays musulmans, notamment en Libye, en Tunisie, et en Syrie, affirmant que les musulmans "devaient tous les combattre, surtout l'armée égyptienne".

Al-Adnani critique aussi les Frères musulmans égyptiens, le parti islamiste proche du président déchu Mohamed Morsi, estimant qu'ils étaient "pires que les partis laïques(...) parce qu'ils se battent pour la démocratie plutôt que pour le jihad (guerre sainte)".

Il estime que la décision des Frères musulmans de parvenir au pouvoir par des élections, a décapité la confrérie, la plupart de ses dirigeants et cadres étant soit en prison, morts ou en fuite.

La confrérie des Frères musulmans a renoncé à la violence depuis plusieurs décennies et dément tout lien avec les islamistes, y compris ceux actifs dans le Sinaï, qui ont monté en puissance depuis la chute du régime de Moubarak début 2011.

Par ailleurs cinq civils ont été tués dans des heurts vendredi entre partisans et opposants au président islamiste Mohamed Morsi, destitué par l'armée, dans plusieurs provinces d'Egypte, a annoncé samedi le ministère de la Santé.

Plusieurs milliers de partisans de l'ex-chef de l'Etat ont manifesté vendredi dans tout le pays pour dénoncer le coup de force des militaires qui ont destitué M. Morsi le 3 juillet.

Enfin deux policiers ont été tués dans le nord du Sinaï, région à la frontière avec Israël et la bande de Gaza où des islamistes armés ont multiplié les attaques depuis le 3 juillet, selon le ministère de l'Intérieur.

Des dizaines de membres des forces de sécurité ont été tués par de présumés islamistes dans le pays depuis la destitution de Morsi.

L'aggravation de l'insécurité dans la péninsule du Sinaï inquiète les Etats-Unis, en raison de la proximité de cette région avec Israël et la Bande de Gaza, gouvernée par le Hamas, ainsi que le canal de Suez.

Lire plus