RCA: le chef d'état-major limogé

  • 10 septembre 2013
Le président Michel Djotodia lors de la prestation de serment le 18 août.
Le président Michel Djotodia lors de la prestation de serment le 18 août.

Le président de la transition en Centrafrique, Michel Djotodia, a limogé mardi le chef d'état-major des armées, le général Jean-Pierre Dollé-Waya, par décret présidentiel diffusé à la radio nationale à Bangui.

Il a été remplacé par le général à la retraite Ferdinand Bombayéké, qui fut commandant de la garde de l'ancien président Ange-Félix Patassé renversé par François Bozizé en 2003.

Le général Dollé-Waya, qui était sous-chef d'état-major des armées sous le régime Bozizé, avait été nommé à la tête de l'armée par le président Djotodia après son accession au pouvoir.

Son limogeage, dont les raisons n'ont pas été précisées, survient au lendemain de la reprise des combats dans l'ouest de la Centrafrique, région natale du président déchu François Bozizé.

Depuis le week-end des partisans de l'ex-président François Bozizé contrôlent des villages proches de Bossangoa à 300 km à l'ouest de Bangui.

Des combats entre partisans du président déchu et les Forces de défense et de sécurité (Séléka) ont fait une soixantaine de morts depuis dimanche.

Ces derniers affrontements aggravent une situation sécuritaire et humanitaire déjà chaotique depuis la prise du pouvoir par le Séléka dont les combattants sont accusés d'exactions, de violences et de pillages à répétition contre la population.

La préfecture d'Ouham, dont Bossangoa est le chef-lieu, est la région d'origine du général Bozizé qui est resté dix ans au pouvoir.

En août, le général Bozizé, de passage en France, s'était dit prêt à revenir au pouvoir "si l'occasion se présentait", affirmant privilégier "la voie politique puisque la voie des armes ne vient que lorsque la solution politique n'est pas trouvée".