Rafle au Burundi: 300 arrestations

Image caption Un soldat burundais de l'Amisom en Somalie.

Des rafles ont été menées par la police dans plusieurs localités du Burundi, menant à l’arrestation de 300 personnes.

Cette opération intervient dans un contexte de tension régionale, quatre jours après l’attaque du centre commercial Westgate de Nairobi au Kenya par un commando islamiste.

L’attaque a été revendiquée par les islamistes shebab somaliens, en rétorsion, disent-ils, à la présence de soldats kényans en Somalie, intégré à l’Amison, la force de l’Union africaine.

Le Burundi aussi contribue à l’Amisom.

Les opérations de police mercredi au Burundi ont visé plusieurs villes du pays, dont la capitale Bujumbura, et plus particulièrement les quartiers musulmans.

Des armes et des uniformes militaires et policiers ont été saisis.

“C’est l’une des mesures préventives qui ont été prises par la police nationale du Burundi depuis que des menaces d’attaques de la part de ces groupes terroristes ont été proférées. Nous sommes vigilants”, a déclaré Pierre Nkurikiye, porte-parole adjoint de la police au ministère de la sécurité publique.