Guinée : constat d'irrégularités

  • 9 octobre 2013
malgré un fort taux de paticipation les résultats tardent à tomber

Le bras de fer se poursuit toujours en Guinée où les résultats des élections du 28 septembre ne sont toujours pas publiés.

La commission électorale guinéenne fournit au compte-goutte les résultats des élections législatives et municipales.

Mardi soir, les représentants de plusieurs pays et organisations internationales, notamment les Nations Unies, la France, les USA, l’Union européenne et la Cédéao ont affirmé avoir constaté un certain nombre de "manquements" et d'"irrégularités" pouvant remettre en cause la sincérité des résultats".

Dans un communiqué, ils ont indexé huit circonscriptions sur 38 au total.

En conséquence ils recommandent à la Commission électorale nationale indépendante (Céni) de circonscrire ces cas et d'en faire état lors de la transmission des résultats provisoires à la Cour suprême.

Les observateurs demandent en outre que la Céni dresse un rapport précis et détaillé sur chacun de ces cas litigieux.

Ils lui demandent également de transmettre à la Cour suprême dans les plus brefs délais les résultats avant l'expiration du délai prévu par le code électoral pour le dépôt des recours.

L'opposition a demandé l'annulation de ce scrutin, et le président Alpha Conde a déclaré qu'il n'était "ni impressionné, ni gêné" par les accusations de fraudes formulées par ses adversaires auxquels il a demandé d'œuvrer pour la quiétude et la sérénité en Guinée.