Le Premier ministre libyen libéré

  • 10 octobre 2013
Image caption Le premier ministre libyen enlevé

Ali Zeidan a été libéré par ses ravisseurs, quelques heures après avoir été enlevé par une brigade d'ex-rebelles.

La milice lui reprochait d'avoir autorisé la capture par l'armée américaine d'un responsable d'Al-Qaida sur le sol libyen.

Juste après sa libération le Premier ministre libyen, Ali Zeidan, a indiqué qu'il "ne cédera pas au chantage de quiconque".

L’ information de son enlèvement avait a été divulguée en premier par des gardes de sécurité du Corinthia Hôtel où il logeait.

La Chambre des révolutionnaires de Libye, une milice constituée d'ex-rebelles, avait revendiqué le rapt, précisant que Zeidan était "en bonne santé" et qu'il serait "bien traité".

Cet enlèvement traduit la fragilité de la situation sécuritaire en Libye depuis le renversement de Mouammar kadhafi.

Après l'attentat contre l'ambassade des Etats-Unis au cours duquel l’ambassadeur a été tué et récemment plusieurs attaques contre des cibles étrangères, ce kidnapping d’une des plus hautes personnalités du pays, aura sans doute des conséquences sur la recherche d'une paix durable dans ce pays

Ali Zeidan était un avocat des droits civiques à Genève, où il avait passé trois décennies en exil après avoir déserté le corps diplomatique du temps du colonel colonel Kadhafi.