Niger: manifestation contre Areva

  • 12 octobre 2013
Un site d'exploitation du minerai d'uranium près d'Arlit
Image caption Un site d'exploitation du minerai d'uranium près d'Arlit

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Arlit pour la défense de l'emploi et contre le groupe nucléaire français Areva, qui exploite des gisements d'uranium depuis 50 ans dans la région.

Selon Aazoua Mahaman, coordonateur de la société civile à Arlit, 5.000 personnes ont protesté en soutien au gouvernement qui négocie le renouvellement du contrat avec Areva.

"Les habitants d'Arlit sont déterminés" dit Aazoua Mahaman

Dimanche dernier, le premier ministre Brigi Rafini a déclaré que le gouvernement nigérien repasserait au peigne fin les détails du partenariat avec Areva.

En effet les contrats des filiales d'Areva, Somaïr et Cominak, expirent à la fin de l'année.

Les manifestants accompagnés par des élus locaux ont défilé dans les rues d'Arlit scandant des slogans hostiles à Areva.

Ils accusent le groupe français de polluer l'environnement, de ne pas protéger suffisamment contre les risques de radioactivité.

L'exploitation des cinquante dernières années aurait produit 50 millions de tonnes de déchets radioactifs.

Ils se plaignent aussi de l'insuffisance des retombées économiques pour les habitants de la région d'Arlit.

En outre les filiales "pompent chaque année 20 millions de mètres cube d'eau alors que les habitants souffrent de pénurie d'eau.

Areva est le deuxième producteur d'uranium du monde.

Un tiers de sa production provient du Niger, l'un des pays les plus pauvres du monde.

Selon Areva, la présence de la Somaïr, dont 36,4 % du capital est détenu par l'Etat nigérien, permet la création de plusieurs centaines d'emplois directs et indirects.

D'après le site du groupe français, la Somaïr favorise l'accès à des services sanitaires et sociaux dans une région isolée.

La SOMAÏR emploie près de 1 200 salariés dont 98 % sont nigériens.

Lire plus