La Cédéao salue les progrès du Mali

Image caption Sommet de la Cédéao à Dakar: (de gauche à droite) Mahamadou Issoufou, Thomas Boni Yayi , Faure Gnassingbé, Macky Sall, Blaise Compaoré, Alassane Ouattara et Manuel Serifo Nhamadjo, le 25 octobre 2013.

Les dirigeants ouest-africains, réunis au sommet de la Cédéao à Dakar, ont salué les progrès du Mali.

Les progrès politiques et sécuritaires au Mali engagent les dirigeants ouest-africains "à poursuivre leurs efforts afin de maintenir la paix et la sécurité dans la région", a déclaré l'hôte du sommet, le président sénégalais Macky Sall, lors de la cérémonie d'ouverture.

Il s'est réjoui de la présence à Dakar du président malien Ibrahim Boubacar Keïta, élu le 11 août "après le rétablissement de l'intégrité territoriale et de la légalité constitutionnelle du Mali".

Son homologue ivoirien et président en exercice de la Cédéao, Alassane Ouattara, a salué "le Mali du renouveau démocratique".

Macky Sall et Alassane Ouattara ont également appelé à un soutien de la communauté internationale à la Guinée-Bissau, qui doit à son tour aller aux élections le 24 novembre pour tourner la page de la transition.

Objectif: monnaie commune

Les questions économiques sont également au coeur de ce sommet de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest.

Il examinera les recommandations sur l'établissement d'un "tarif extérieur commun" applicable à toutes les marchandises provenant de pays non membres de la Cédéao à partir du 1er janvier 2015.

Les négociations d'accords commerciaux que tente de conclure depuis plusieurs années l'Union européenne avec des pays en développement sont également sur la table du sommet.

La Cédéao, créée en 1975, espère aussi à terme voir entrer en vigueur une monnaie commune.