Libye: des miliciens tirent sur la foule

Image caption Avant les heurts: des manifestants pacifiques contre les milices, à Tripoli, le 15 novembre.

Au moins 13 personnes ont été tuées en Libye dans la capitale Tripoli, et 130 autres blessées, lors d’une manifestation qui a dégénéré.

Des miliciens ont ouvert le feu sur des manifestants pacifiques, qui protestaient contre la violence des milices.

Les manifestants ont d’abord fui, avant de revenir armés et de prendre d’assaut et d’incendier le quartier général de cette milice originaire de Misrata.

Tout à commencé dans le quartier de Gharghour, quand plusieurs centaines de manifestants ont protesté contre les agissements d’une milice d’anciens rebelles de Misrata, et se sont approchés de son quartier général.

Selon l’AFP, les membres de cette milice ont d’abord tiré en l’air pour disperser les manifestants, avant de tirer sur eux.

Image caption Le bilan est provisoire.

Un journaliste de Reuters a vu les miliciens tirer une roquette sur la foule.

Dans la soirée, en représailles, des hommes armés à bord de pick-up munis de canons anti-aériens ont pris d’assaut le quartier général de la milice.

L’armée est ensuite intervenue pour séparer la foule et les miliciens terrés dans leur bâtiment, scellant des routes pour éviter une escalade des combats.

Les imams de Tripoli avaient appelé dans leur prêche du vendredi les habitants à manifester contre les milices, qui font régner la terreur.

“Non aux milices”, “Oui à la police et à l’armée”, pouvait-on lire sur les pancartes des manifestants.

Il y a une semaine, des combats entre cette milice de Misrata et des groupes armés de Tripoli avaient fait deux morts.

Le gouvernement libyen, confronté à des milices et des groupes islamistes, peine à ramener l’ordre dans le pays, depuis la chute de Mouamar Kadhafi il y a deux ans.