Mandela : le dernier adieu

De longues queues d'attentes
Image caption De longues queues d'attentes

Des centaines de personnes ont forcé des barrières de police pour rendre un dernier hommage à l'ancien combattant de la lutte anti-apartheid, Nelson Mandela, dont la dépouille était exposée à Pretoria depuis mercredi.

Le nombre de Sud-Africains venus rendre hommage à Nelson Mandela a battu tous les records. Des dizaines de milliers d'entre eux ont fait la queue devant l'Union Building dans l'espoir de manifester leur respect et de s'incliner une dernière fois avant le départ à 17h45 (15h45 GMT) du cercueil vers Qunu, le village dans lequel Mandela a grandi. Il y sera inhumé dimanche dans l'intimité et selon les rites traditionnels xhosas.

Les autorités avaient demandé à la foule de ne pas venir. Pourtant, 50 000 personnes avaient déjà investi les quatre aires d'attente en fin de matinée, formant des files impressionnantes qui serpentaient sur plusieurs kilomètres.

Pour Peter Biles, journaliste à la BBC, ce fut une journée chargée d'émotions, de nombreux Sud-Africains avaient encore '' les larmes aux yeux '' a-t-il déclaré. Et compte tenu du grand nombre de personnes, l'attente était vaine.

''Quelques centaines d'entre eux ayant même débordé la police '', a-t-il ajouté et se sont élancés vers le siège de la présidence pour apercevoir leur héros une dernière fois.

Beaucoup ont fait la queue par dizaines de milliers, pendant plus de 11 heures et presque toute la nuit dans certains cas, dans le seul espoir de s'incliner une dernière fois devant la dépouille de Nelson Mandela.

Nosiswe Maduna et sa fille de 14 ans ont fait un voyage 220km et ont été déçues de n'avoir pas eu la chance d'approcher le cercueil.

'' C'est ma fille qui a insisté pour qu'on passe la nuit ici et qu'on essaie encore car elle ne voulait pas rentrer sans l'avoir vu'' se lamentait-elle.

Les hommages sont maintenant terminés.

Le Nobel de la Paix s'est éteint le 5 décembre à 95 ans.

A la tombée de la nuit, le corps a été transporté à l'hôpital militaire de Pretoria.

Dimanche matin le pays devrait se figer au moment où se tiendront les cérémonies de son enterrement à Qunu, le village de son enfance, d'abord en présence de personnalités puis dans la stricte intimité familiale.