RCA: près d’un million de déplacés

  • 3 janvier 2014
Image caption 100.000 personnes sont entassées dans le camps de déplacés de l'aéroport de Bangui.

Le nombre de personnes déplacées en Centrafrique frôle désormais le million, selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

935.000 personnes ont fui leur domicile, fuyant la terreur et la violence dans le pays.

A Bangui, la capitale, 512.000 personnes sont réfugiées sur 67 sites de la ville, ou vivent avec des familles d’accueil, selon le HCR.

Cela représente plus de la moitié de la population de Bangui.

Quelque 60% des déplacés sont des enfants.

Selon le HCR, la situation humanitaire est “désastreuse” et l'insécurité rend difficile la distribution de l’aide humanitaire.

Des attaques visant délibérément les civils, les pillages et la présence d'éléments armés sur certains sites de réfugiés ont considérablement limité l'accès des agences humanitaires aux personnes dans le besoin, indique le HCR.

Le Haut Commissariat appelle à une montée en puissance de la MISCA, la force de maintien de la paix de l’Union africaine en RCA, avec plus d’hommes et une meilleur coordination de ses opérations.

MSF réduit ses activités

Par ailleurs, L'ONG Médecins sans Frontières a annoncé avoir décidé de "considérablement réduire ses activités médicales d'urgence" dans le camp de déplacés de l'aéroport de Bangui, après deux jours consécutifs de violence.

"Les violences qui depuis deux jours ont eu lieu à proximité du dispensaire MSF de l'aéroport de Bangui ont provoqué la mort de deux enfants, 40 personnes blessées ont été prises en charge par les équipes MSF travaillant dans le camp de déplacés de l'aéroport", indique l'ONG dans un communiqué.

"MSF a été obligée de considérablement diminuer ses activités médicales d'urgence dans la zone. Notre équipe médicale a été réduite et seuls les cas les plus graves sont désormais pris en charge avant d'être envoyés vers d'autres structures de santé", ajoute le communiqué.

MSF précise être la seule organisation médicale présente dans ce camp où se sont réfugiées plus de 100.000 personnes fuyant les violences dans la capitale centrafricaine.

L'organisation ajoute que "tant que la sécurité ne sera pas restaurée à l'aéroport", elle "ne pourra pas y reprendre pleinement ses activités".

MSF maintient sa présence dans deux hôpitaux et deux autres camps de déplacés de Bangui.

Lire plus