Centrafrique : De mal en pis

  • 7 janvier 2014
La carte de la Centrafrique
La carte de la Centrafrique

A cette occasion, les quinze pays membres ont entendu Léonie Banga-Bothy, la ministre des affaires étrangères de la RCA, qui a lancé un appel à la Communauté internationale pour faire face à la complexité de la crise actuelle dans son pays.

Depuis le 24 Décembre 2013, le nombre de déplacés, selon l'Onu, dans la capitale Centrafricaine a augmente de 40%. En gros, la situation va de mal en pire. C'est du moins ce ressort du tableau présenté hier aux membres du Conseil de Sécurité par le Secrétaire Général Adjoint de l'Organisation Jeffrey Feltman. Les violences ont pris une coloration interconfessionnelle opposant milices musulmanes et chrétiennes, renchérit le représentant du Tchad au sein du Conseil de sécurité Chérif Mahamat Zene.

La situation humanitaire est très critique, regrette la ministre Banga-Bothy. La Centrafrique est dans la tourmente et il revient aux autorités actuelles du pays de prendre leur responsabilité, pointe du doigt Tété Antonio, représentant de l'Union Africaine. A cela doit s'ajouter, selon lui, le renforcement de la capacité des éléments de la Misca.

Il ressort des discussions qu'en dehors des engagements internationaux, les autorités de Bangui doivent multiplier leurs efforts en vue d'aboutir dans les délais prévus par la feuille de route de N'djaména et l'accord de Libreville à l'organisation de la prochaine présidentielle. A cet égard, l'Onu se dit prête à accompagner tous les efforts dans ce sens afin de favoriser un retour très rapide du pays à l'ordre constitutionnel.

Lire plus