La mort de Kagame démentie par Kigali

  • 10 janvier 2014
Le président rwandais Paul Kagamé
Image caption Le président rwandais Paul Kagamé

La présidence du Rwanda a démenti vendredi des rumeurs sur la mort du chef de l'Etat Paul Kagame, qui ont provoqué des scènes de liesse à Goma, ville frontalière en République démocratique du Congo (RDC).

Le Rwanda est intervenu militairement à plusieurs reprises en territoire congolais, notamment quandi soutenait des rébellions contre le pouvoir central de Kinshasa, lors des guerres régionales de 1996-1997 et 1998-2003 dans l'ex-Zaïre.

On ignore comment les rumeurs qui ont provoqué vendredi matin des scènes de liesse dans l'est de la RDC se sont propagées, mais un responsable de la présidence rwandaise a déclaré qu'"elles étaient totalement fausses".

"Le président rencontre actuellement des étudiants américains dans le cadre d'audiences de routine. Vous êtes libres de venir assister à l'audience et de le rencontrer", a-t-il indiqué.

Paul Kagame, 56 ans, est à la tête du Rwanda depuis 1994, date à laquelle les rebelles du Front patriotique du Rwanda ont vaincu les forces rwandaises à l'origine du génocide qui a fait quelque 800.000 morts, principalement dans la minorité tutsi.

Ses partisans loue la gestion du pays et l'accent mis sur les technologies nouvelles.

Cependant il lui est reproché de ne tolérer aucune opposition.

Récemment, un ancien chef des services secrets rwandais a été retrouvé mort dans une chambre d'hôtel en Afrique du sud.

Kagamé a été critiqué dans un rapport d'experts onusiens, pour le soutien qu'il apporte à des groupes armés opérant dans l'est de la RDC, des accusations fermement démenties par les autorités de Kigali.

La rumeur de sa mort semble avoir été véhiculée par les réseaux sociaux.

A Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, quatre à cinq cents personnes se sont rassemblées sur l'une des avenues principales de la ville pour manifester leur joie.

En tête du cortège marchaient des hommes portant un cercueil et des croix, qui scandaient "Kagame, tu nous a fait souffrir". Suivaient des piétons et des taxis-motos, phares allumés, dans un concert de klaxons.

En marge de la marche, on fêtait la "bonne nouvelle" en buvant des bières.

La manifestation qui s'était formée après 08H00 (06H00 TU) s'est dispersée aux alentours de 11H00 (09H00 TU).

Des manifestations ont été aussi signalées à Butembo et Beni, dans le nord de la province.

La rumeur a rapidement gagné Kinshasa, la capitale, à environ 1.500 km et Lubumbashi la deuxième ville du pays.