Guinée: séance houleuse à l'Assemblée

Copyright de l’image AFP
Image caption Jean Marie Doré, député "non inscrit", et des leaders de l'opposition lors d'une rencontre au mois d'octobre.

La séance a du être suspendue, à cause de disputes à la tribune; en cause, l'élection des 4 vice-présidents de la Chambre

Parmi les trois points à l'ordre du jour, un seul a été débattu: la formation des groupes parlementaires

Il y a donc désormais trois groupes, celui du RPG-Arc en Ciel, la coalition au pouvoir, le groupe libéral de l'UFDG de l'opposant Cellou Dallein Diallo, et l'Alliance Républicaine de Sydia Touré.

L'élection des 4 vice-présidents de l'Assemblée n'a pas pu avoir lieu; en effet la séance a été suspendue, après des débats houleux.

Un accord entre le pouvoir et l'opposition prévoyait que la mouvance présidentielle obtienne 3 postes de vice-président et l'opposition un.

Mais des députés "non-inscrits" , dont Jean-Marie Doré, ancien premier ministre de la transition, se disent marginalisés par cette répartition.

La mouvance présidentielle revendique ses trois postes de vice-président, et considère que tout autre député peut briguer le 4ème poste.

Mais pour l'opposition, qui a négocié avec le pouvoir le 4ème poste, un député non-inscrit ne peut briguer la vice-présidence.

Le brouhaha était tel à l'Assemblée que le président a levé la séance, après que les dépuités de l'opposition ont claqué la porte.

La séance reprend jeudi.

Ces querelles parlementaires interviennent trois jours après la séance inaugurale de la nouvelle Assemblée Nationale, élue lors des élections de septembre.

Autre étape de la rentrée parlementaire, le Premier ministre Mohamed Saïd Fofana, en poste depuis trois ans, a présenté mercredi au président Alpha Condé la démission sans surprise du gouvernement.

Le président Alpha Condé avait évoqué, dans son discours du Nouvel An, son intention de former un nouveau gouvernement.

Le poste de premier ministre est un poste relativement nouveau dont les pouvoirs ne sont pas clairement définis par rapport à ceux du chef de l'Etat dans un regime présidentiel.

Avant de remettre les clefs du Palais du peuple aux députés le Conseil national de transition a voté le budget de l'année 2014.

Lundi les députés ont élu Claude Kory Koundiano, président de la chambre.

Cet économiste de 72 ans, est membre du RPG, le parti présidentiel, qui a 53 sièges sur 114 que compte la chambre.