Deux attaques ensanglantent le Nigeria

Copyright de l’image AFP
Image caption Prise en avril 2013, cette photographie montre des soldats nigérians patrouillant dans la ville de Baga, dans l'Etat de Borno.

Selon la police nigériane, des hommes suspectés d’être des militants islamistes ont attaqué deux villages au nord-est du pays, faisant au moins 74 victimes.

Le marché très animé du village de Kawuri, dans l’Etat de Borno, aurait été ciblé par les militants dimanche, qui ont mis feu aux bâtiments et ont déclenché des engins explosifs.

Selon les témoins, 52 personnes ont été tuées dans cette attaque, et 22 autres personnes ont trouvé la mort dans une attaque lors d'un service religieux dominical dans le village de Waga Chakawa, dans l'Etat de l'Adamawa.

Des hommes armés avaient placé des bombes autour de la commune de Kawuri avant le lancer leur assaut, selon des témoins et les forces de l’ordre.

Ils ont également tué des civils dans leurs maisons.

"Aucune maison ne tient encore debout" a affirmé Ari Kolomi, qui a fui la ville de Maiduguri, la capitale de l'Etat de Borno, située à 70 km, et qui ne sait pas si ses proches ont survécu à l'attaque.

Plus tôt dimanche, dans l'Etat de l'Adamawa, des hommes armés ont attaqué une église pleine à craquer de fidèles dans le village de Waga Chakawa, selon un porte-parole de l'armée.

Les deux attaques ont été attribuées aux militants de Boko Haram, qui sont particulièrement actifs dans le nord-est du Nigeria.

Borno est l’un des trois Etats du nord-est où a été décrété l’état d’urgence en mai dernier, afin de faciliter l’offensive militaire toujours en cours.

Depuis l'instauration de l'état d'urgence en mai, plus de 1200 personnes ont été tuées dans des violences liées au groupe islamiste, selon les Nations unies.