L’Onu condamne les milices en RDC

  • 31 janvier 2014
Les groupes armés dans le collimateur du conseil de sécurité. Copyright de l’image
Image caption Les groupes armés dans le collimateur du conseil de sécurité.

Le Conseil de Sécurité de l'Onu a reconduit jusqu'au 1er Février 2015 les sanctions contre des personnes, entités ou groupes armés sévissant dans l'Est de la RDC. Les quinze membres du conseil ont adopté à l'unanimité la résolution 2136.

L'Onu a fermement condamné tous les groupes armés opérant en RDC, de même que les exactions et les atteintes aux droits de l'homme commises contre la population civile, la MONUSCO et le personnel humanitaire.

Les membres du conseil exigent des Forces armées congolaises, des Forces alliées démocratiques de l'ADF, de l'Armée de résistance du Seigneur, et des divers groupes Maï-Maï la cessation immédiate de toutes formes de violence et autres activités de déstabilisation.

Ils demandent aussi aux Etats de la région de prendre des mesures concrètes contre tout soutien aux groupes armés opérant dans ce pays.

Le dernier rapport du groupe des experts fait état d’«informations crédibles selon lesquelles des dirigeants du M23 sanctionnés par l'Onu, se déplacent librement en Ouganda et continuent de recruter au Rwanda».

Le représentant Rwandais à l'Onu, Eugene Richard Gansana a regretté la position des autorités congolaises qui, selon lui, rejettent en permanence la responsabilité de l'instabilité en RDC sur ses voisins, notamment le Rwanda et l'Ouganda.

Pour sa part le représentant congolais, Ignace Gata Mavita, estime ne pas considérer le Rwanda comme un interlocuteur crédible pour la paix dans l'Est de la RDC.