"Ntaganda ordonnait les tueries"

Copyright de l’image AFP
Image caption Le général Bosco Ntaganda à Kabati, à une quarantaine de kilomètres de Goma, le 11 janvier 2009.

Le parquet de la CPI a soutenu lundi à la Haye que l'ancien chef de guerre congolais Bosco Ntaganda ordonnait à ses troupes de tuer et violer des civils.

Cette charge a été portée au début des audiences pour décider de la suffisance ou non des preuves pour juger Bosco Ntaganda.

"Il a joué un rôle clé dans la planification des attaques contre la population civile," a déclaré la procureure Fatou Bensouda.

Bosco Ntaganda est accusé d'avoir commis des crimes de guerre il y a dix ans.

Surnommé "Terminator", parce que réputé sans pitié pour ses victimes, Bosco Ntaganda "a mené ses activités de persécution sur la base de l'ethnie, à travers des attaques délibérées, des déplacements forcés, des meurtres, viols, asservissement sexuel, et le pillage," a martelé Fatou Bensouda devant les juges qui siégeaient en scéance préliminaire.

"Il a personnellement utilisé des enfants soldats pour ces attaques," a-t-elle dit.

La procureure dispose de cinq jours pour convaincre les juges à passer à l'étape suivante, c'est-à-dire une ouverture du procès à proprement parler.

Fatou Bensouda doit montrer des preuves suffisantes de la commission de crimes de guerre et contre l'humanité dans l'est de la RDC, comme cela est reproché au prévenu.

A l'étape actuelle, Ntaganda n'est pas tenu de plaider coupable ou innocent, mais il clame qu'il n'a rien à voir avec les chefs d'accusation qui pèsent contre lui.

Auparavant, Ntaganda, s'exprimant en Kinyarwanda, avait déclaré à la cour : "Je m'appelle Bosco Ntaganda, je suis soldat," en réponse à une question sur sa profession.

Vêtu d'un costume couleur-de-charbon et arborant sa célèbre moutache fuyante, Ntaganda écoutait attentivement, mais ne manifestait aucun signe d'émotion à la lecture des chefs d'accusation.

L'ancien chef de guerre s'était volontairement rendu à l'ambassade des Etats-Unis au Rwanda en mars dernier alors que le mouvement rebelle congolais du M23 commencait à montrer des fissures dans ses rangs.

Il a été, entre-temps, l'un des hommes les plus recherchés de la CPI qui demandait son arrestation et transfèrement pour enrôlement d'enfants soldats, asservissement sexuel de femmes, et pour meurtres.

Quand il s'était présenté à la Haye quelque temps après sa reddition, il avait plaidé non-coupable avant d'être interrompu par le juge qui lui avait signifié que ce n'était pas le moment de plaider.