Ouganda: promulgation d'une loi antigay

  • 24 février 2014
Copyright de l’image AP
Image caption Des militants de la cause homosexuelle arborent les couleurs de la Gay pride

Le président ougandais Yoweri Museveni a signé une loi controversée en vertu de laquelle les homosexuels peuvent être condamnés à des peines de prison.

Le président américain Barack Obama avait mis en garde contre le projet de loi qu'il estime être un pas en arrière.

Museveni avait pourtant déjà accepté de mettre le projet de loi en attente afin de prendre en considération les avis de scientifiques aux États-Unis.

Mais le porte-parole du gouvernement, Ofwono Opondo, a déclaré à l'agence de presse Reuters, "Le président signe le projet de loi anti- homosexualité aujourd'hui (lundi) à 11h00 (08h00 GMT".

"Il le signe en prenant à témoin les médias internationaux pour démontrer l'indépendance de l'Ouganda face à la pression et à la provocation de l'Occident. "

Les actes homosexuels sont déjà illégaux en Ouganda, la nouvelle loi punit les "primo-délinquants" a 14 ans de prison, et permet l'emprisonnement à perpétuité pour des actes d' " homosexualité aggravée ".

La loi criminalise la promotion de l'homosexualité et aussi le fait de ne pas signaler les homosexuels.

Le projet de loi proposait à l'origine, la peine de mort pour certains actes homosexuels, mais l'article a été retiré face à l'indignation de la communauté internationale.

Un militant des droits des homosexuels en Ouganda a déclaré à la BBC qu'il avait «très peur» de la nouvelle loi. " En fait, je ne suis même pas allé travailler aujourd'hui. Je suis enfermé dans ma maison " a-t-il indiqué.

Du point de vue des relations bilatérales, les Etats-Unis (un des principaux bailleurs de fonds de l'Ouganda) ont averti que l'adoption du projet de loi ne ferait que compliquer les relations.

Les États-Unis fournissent 400 millions de dollars d'aide annuelle à l'Ouganda.

Le président Obama a décrit cette loi comme " plus qu'un affront et un danger pour la communauté gay de l'Ouganda. "