RCA : François Hollande à Bangui

Copyright de l’image AFP
Image caption Le président François Hollande avec l’archevêque de Bangui, Dieudonné Nzapalainga, et l’imam Omar Kobine Layama, chef de la conférence islamique.

En visite à Bangui, le président François Hollande a assuré aux soldats français de l'opération Sangaris en Centrafrique qu'un des objectifs de l'intervention était d'"éviter à tout prix la partition du pays".

Il s'agit de la deuxième visite à Bangui du président français depuis le déclenchement le 5 décembre de l'opération Sangaris, qui n'a pas permis jusque présent de mettre fin aux troubles dans un pays dévasté par une crise humanitaire sans précédent.

Dès son arrivée, le président français s'est rendu à la base de l'opération Sangaris, située dans l'enceinte de l'aéroport de Bangui où il a passé les troupes en revue et fait un point de la situation avec le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, et le commandant de l'opération Sangaris, le général Francisco Soriano.

Le président François Hollande a indiqué aux soldats français de l'opération Sangaris en Centrafrique qu'un des objectifs de l'intervention était d'"éviter à tout prix la partition du pays".

Il aussi déclaré que les soldats français avaient pour mission de "rétablir l'autorité de l'Etat, renouer le dialogue et éviter à tout prix la partition du pays".

Les troupes françaises de l’opération Sangaris sont arrivées en Centrafrique pour contribuer à enrayer la violence qui a embrasé le pays depuis un coup d'Etat l'année dernière.

Des élections générales sont prévues au plus tard en février 2015.

La France a envoyé jeudi un supplément de quatre cents soldats en République centrafricaine, portant le nombre total des hommes de l’opération Sangaris à deux mille.

Paris ne voulait pas augmenter ses effectifs en Centrafrique mais, le 14 février, la présidence a dû se résoudre à envoyer un convoi supplémentaire.

Des dizaines de personnes ont été tuées dans les violences, en grande partie entre les anciens rebelles Seleka dits d’obédience musulmane et les milices anti Balaka de confession chrétienne.