Egypte : une nouvelle loi électorale

Le président égyptien par intérim Adly Mansour Copyright de l’image Reuters
Image caption Le président égyptien par intérim Adly Mansour

Le président égyptien par intérim Adly Mansour a promulgué samedi une loi excluant tout recours en justice contre les décisions de la commission électorale lors de la prochaine élection présidentielle.

En vertu de cette loi, il ne sera autorisé à aucun candidat de faire un recours sur les résultats du scrutin.

Selon la nouvelle loi électorale, tout candidat à la présidentielle devrait être égyptien de parents égyptiens, et ni lui, ni ses parents, ni son/sa conjoint/conjointe ne doivent détenir une nationalité étrangère, explique-t-on dans l’entourage du président Mansour.

Le candidat doit avoir un diplôme d'université, être âgé d'au moins 40 ans et avoir complété son service militaire. Il doit aussi obtenir le soutien de 25.000 électeurs au sein de 15 gouvernorats.

La loi fixe à vingt millions de livres égyptiennes --- soit deux millions d'euros --- le plafond des dépenses de campagne avant le premier tour, avec cinq millions de livres supplémentaires en cas de second tour.

Le maréchal Abdel Fattah al-Sissi, ministre de la Défense et vice-Premier ministre du pays, est considéré comme le favori de l'élection présidentielle.