CPI: Narcisse Arido accusé à son tour

  • 20 mars 2014
Image caption Jean-Pierre Bemba aurait tout orchestré depuis sa cellule.

Narcisse Arido a comparu ce jeudi matin devant la Cour pénale internationale. Originaire de la RDC, cet ex militaire est poursuivi pour outrage à la Cour. Selon le procureur, il aurait corrompu des témoins appelés à déposer en faveur de Jean-Pierre Bemba. Quatre autres personnes, dont Jean-Pierre Bemba et son avocat, sont poursuivis pour les mêmes faits.

Narcisse Arido est suspecté d’être le cinquième homme d’une organisation planifiée par Jean-Pierre Bemba depuis sa cellule.

Selon le procureur le but de Jean-Pierre Bemba était de produire de fausses preuves dans le procès intenté contre lui pour crimes de guerre commis en Centrafrique en 2002 et 2003.

Ancien militaire refugié au Cameroun en 2001, Narcisse Arido aurait, selon l’accusation, servi d’intermédiaire dans des transferts bancaires destinés à corrompre des témoins.

Le suspect a demandé ce jeudi matin à la Cour de lui remettre des documents saisis lors d’une perquisition, assurant que trois membres du bureau du procureur auraient mis ses affaires à sac. Un fait qui souligne l’étrangeté de cette procédure.

Procès retardé

Le code de procédure de la Cour prévoit qu’il revient au procureur d’enquêter. Or, ce dernier est aussi partie prenante au procès intenté contre Jean-Pierre Bemba pour crimes contre l’humanité.

Narcisse Arido, comme ses quatre co-accusés, ne sera pas fixé sur son sort avant de nombreux mois, voire au moins un an.

Mais cette affaire ralentit considérablement le procès intenté contre Jean-Pierre Bemba pour crimes contre l’humanité.

Les derniers témoins ont été présentés en novembre, peu avant ces nouveaux mandats d’arrêt.

La date des plaidoiries finales et du réquisitoire ne figure toujours pas au calendrier de la Cour.

Lire plus