Sénégal : constructions anarchiques à Dakar

  • 25 mars 2014
Image copyright Seyllou AFP Getty
Image caption Une rue de Dakar, objet de plusieurs violations du code de l'urbanisme et de la construction.

Plus de 62% des 191 chantiers contrôlés dans les communes d'arrondissement de Dakar sont non autorisés, selon une enquête conduite par le gouvernement sénégalais sur la construction de bâtiment.

Le rapport fait l’objet d’un scandale dans les milieux des bâtiments au Sénégal ou de manière récurrente, on enregistre des effondrements d’immeubles avec souvent des pertes en vies humaines.

L’enquête fait suite aux multiples plaintes des différentes couches de la population, portant généralement sur les occupations illégales de terrains appartenant à autrui, des empiètements de construction ou le non-respect des règles de mitoyenneté.

Les autorités qui ont bouclé l’enquête déclarent que beaucoup de sénégalais construisent en ignorant le code de l’urbanisme et de construction.

"Il y’a également que certains sénégalais commencent à construire dès l’instant qu’ils ont déposé la demande d’autorisation, ils construisent sans obtenir d’autorisation et c’est ce qui fait que nous avons ce taux élevé des chantiers non autorisés", a expliqué à la BBC Moussa Sarr directeur de cabinet au ministère en charge de l’urbanisme et de la construction.

Selon les autorités, les sanctions peuvent aller de la récupération des matériaux de construction à l’emprisonnement en cas de récidive. Moussar Sarr révèle que "dans les prisons sénégalaises, il y’a des gens qui sont détenus parce qu’ils n’ont pas respecté le code de l’urbanisme."

Des opérations de sensibilisation sont annoncées à Dakar et dans l’arrière-pays pour communiquer avec les sénégalais afin de les amener à prendre conscience de la nécessité de respecter le code de l’urbanisme et de la construction.