Deux proches de Ben Ali relaxés

  • 13 avril 2014
Ali Seriati (debout au milieu) comparait devant un tribunal militaire, le 26 juillet 2011, à Tunis Image copyright BBC World Service
Image caption Ali Seriati (debout au milieu) comparait devant un tribunal militaire, le 26 juillet 2011, à Tunis

Un tribunal militaire tunisien a ordonné la relaxe d’Ali Seriati et de Rafik Bel Haj Kalem, anciens chef de la sécurité et ministre de l’Intérieur de l’ancien président tunisien Zine El-Abidine Ben Ali.

Seriati et Kalem ont été arrêtés et jetés en prison après la révolution de 2011, qui a mis fin au régime de Ben Ali. Ils sont accusés d’avoir réprimé les manifestants, lors du soulèvement populaire.

"Ils (Seriati et Kalem) seront libérés dans les prochains jours. C’est un coup porté à la transition", a déclaré Laila Haddad, avocate des familles de victimes des manifestations organisées lors de la révolution.

Les deux mis en cause peuvent être libérés après avoir purgé leur peine obligatoire de trois ans, selon Haddad.

Nizar Ayad, l’avocat de l’ancien ministre de l’Intérieur, a confirmé à l’agence Reuters que cette décision a été prise samedi par un tribunal militaire.

Plus de 300 personnes avaient été tuées lors du soulèvement, au terme duquel Ben Ali s’est exilé en Arabie Saoudite, après 23 ans au pouvoir.

Un porte-parole de la présidence tunisienne affirme que la décision du tribunal sera sentie comme un "choc" par les Tunisiens, tout en estimant que les décisions judiciaires doivent être respectées.