Soudan du Sud: reprise des négociations

Copyright de l’image Reuters
Image caption Le conflit au Soudan du Sud a entraîné la fuite de millions de citoyens.

Les différents protagonistes du conflit qui touche le Soudan du Sud se sont retrouvés lundi à Addis Abeba.

Dans le même temps, la Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme Navi Pillay est arrivée à Juba pour enquêter sur les massacres perpétrés en marge des combats.

Elle devait rencontrer le président Salva Kiir et de hauts responsables dans la capitale sud-soudanaise, avant de se rendre mardi à l'intérieur du pays, notamment dans une zone tenue par les forces de Riek Machar.

« La deuxième phase des pourparlers de paix sud-soudanais, centrés sur le dialogue politique pour la réconciliation nationale (...) a repris à Addis Abeba » a annoncé l'Autorité intergouvernementale pour le développement (Igad), organisation sous-régionale est-africaine qui assure la médiation.

Les représentants du gouvernement du président Salva Kiir et ceux de la rébellion de menées par son ancien vice-président Riek Machar ont discuté lundi devant les médiateurs.

Echec des négociations

Alors que le premier cycle de négociations a abouti sur un cessez-le-feu non respecté, cette deuxième phase, ouverte en février n’avance pas.

Combats et exactions, qui ont fait plusieurs milliers de morts et chassé plus d'un million de Sud-Soudanais de chez eux, se poursuivent.

Moins de trois ans après son indépendance, proclamée en juillet 2011, le Soudan du Sud a sombré dans la guerre.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a menacé le 24 avril de sanctions ciblées les responsables des deux camps, après l'attaque mi-avril à Bor (Est) d'une base de l'ONU abritant des milliers de réfugiés dont une cinquantaine ont été tués, puis le massacre de plusieurs centaines de civils à Bentiu (Nord), attribué par l'ONU aux forces pro-Machar ayant repris la localité.

Lire plus