RDC : nouvel ultimatum pour les FDLR

  • 4 juillet 2014
Rebelles FDLR hutus rwandais Image copyright AFP
Image caption Les rebelles FDLR hutus rwandais devront déposer les armes dans un délai de six mois

Les présidents de la République démocratique du Congo (RDC) et du Rwanda se sont entretenus jeudi à Kampala, en marge d'un sommet des chefs d'Etat des Grands Lacs.

Cette rencontre était consacrée à la crise persistante dans l'est de la RDC à laquelle Kigali est accusée d'être impliquée. Mais les pays de la région des Grands Lacs et de l'Afrique australe ont convenu de donner un délai de six mois à la rébellion FDLR, active dans l’est de la RDC, pour déposer les armes volontairement.

Cette décision a pour but de finaliser l’accord entre les deux parties et de rappeler aux rebelles FDLR hutus rwandais les conséquences qui pourraient suivre en cas de non-respect du délai convenu. Et de fait, d’empêcher toute autre intervention militaire, y compris celle de l'ONU.

Notons que certains pays comme le Rwanda et l'Angola auraient préférer un délai plus court de trois mois. Mais dans le communiqué final des ministres des Grands Lacs et de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC), la réunion ministérielle conjointe dit avoir "pris acte de la décision des FDLR de se rendre et de déposer les armes volontairement" dans un délai de six mois à compter du 2 juillet 2014.

La réunion ministérielle appelle également à un renforcement du mécanisme créé pour l'évaluation et la mise en œuvre du processus de désarmement et de rapatriement vers le Rwanda. Cependant aucune autre solution n'est envisagée, en termes de pays d'accueil pour ceux qui ne souhaiteraient pas rentrer chez eux.

Lire plus