Gaza : l'ONU exige un cessez-le-feu

  • 28 juillet 2014
Copyright de l’image AP
Image caption L'armée israélienne promet d'intensifier ses frappes sur la bande de Gaza.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies s’est réuni dans la nuit de dimanche à lundi pour adopter une déclaration appelant à un cessez-le-feu humanitaire immédiat et sans conditions à Gaza.

La déclaration demande aux parties en conflit dans la bande de gaza d’observer un cessez le feu immédiat et sans condition.

Selon le président du Conseil de sécurité du mois en cours Eugene Richard Gansana, le Conseil de sécurité se joint aux appels des partenaires internationaux et du Secrétaire Général des Nations Unies pour demander un cessez le feu immédiat et sans condition en vue de répondre aux besoins humanitaires en appelant toutes les parties à pleinement observer cette trêve humanitaire durant

cette période de l'Aid el Fitr et au-delà.

Le texte exige également des belligérants un arrêt des affrontements en vue de faciliter l’accès aux agents humanitaires.

Il demande ensuite aux partenaires internationaux de vigoureusement soutenir Israéliens et palestiniens en vue d’aboutir à un accord de paix avec à la clé une solution à deux Etats.

Palestiniens et Israéliens ont réagi à la suite de cette déclaration.

Quand ceux qui devraient nous protéger sont ceux qui nous tuent, il revient donc à la communauté internationale de nous protéger, et c'est évidemment le Conseil de sécurite a déclaré Ryad Mansour, observateur permanent de la Palestine à l’Onu.

Le Représentant palestinien à l'ONU reproche à la déclaration onusienne de ne pas exiger le retrait des forces israéliennes de Gaza.

La position des 15 semble cependant ne pas convaincre le représentant israélien Ron Prosor, qui estime que le texte est incomplet, puisqu’il n’indexe pas par exemple directement le Hamas et ne soutient pas non plus Israël dans son droit de défendre ses citoyens.

Quand il y aura du calme en Israël, il y aura du calme à Gaza, a-t-il déclaré, précisant que le texte ne fait pas mention du droit d'Israël à se défendre contre les attaques de roquettes.

Nous avions quitte Gaza a l'idée de ne plus jamais y retourner, dit-il.

Nous n'avons rien contre les palestiniens mais plutôt contre le Hamas qui est un groupe terroriste a expliqué Monsieur Prosor, ajoutant qu’Israël estime qu'il y a des détails qui sont absents dans la déclaration.

Le président américain Barack Obama a précédemment exhorté Israël à cesser le feu dans la bande de Gaza, où les hostilités ont continué malgré l'annonce d'une trêve par le Hamas au dernier jour du ramadan.

Barack Obama a téléphoné dimanche soir au Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, pour soutenir ce qu'il considère comme un impératif stratégique.

Israël et le Hamas se jetaient mutuellement la responsabilité de la poursuite des combats, après des tirs de roquettes depuis Gaza et la reprise des bombardements israéliens alors que les musulmans s'apprêtent à célébrer ce lundi l'Aïd el-Fitr.

Le Représentant palestinien au Royaume-Uni Manuel Hassassian répond que c'est aux Nations Unies et aux États-Unis de persuader Israël de mettre fin au conflit.