Libye : des pompiers dépassés

Copyright de l’image EPA
Image caption Les autorités de Tripoli ont fait appel à la communauté internationale pour circonscrire l'incendie

Les pompiers ne parviennent pas à maîtriser l'incendie d'un immense réservoir de carburant, déclenché par un tir de roquette à une dizaine de kilomètres de Tripoli.

Le porte-parole de la Compagnie nationale de pétrole (NOC), met en garde contre une " immense catastrophe". Le gouvernement parle de son côté de "catastrophe humanitaire et environnementale".

Le réservoir se situe sur la route de l'aéroport. C'est là que depuis plus de deux semaines de violents combats opposent des milices rivales.

Le réservoir a été touché par une roquette qui a provoqué un incendie. "Les sapeurs-pompiers ont tenté pendant plusieurs heures de venir à bout du feu, en vain. Leurs réserves d'eau se sont épuisées et ils ont fini par quitter les lieux". Mais le porte-parole Mohamed al-Hrari de la NOC reste optimiste : "il nous reste encore l'option d'une intervention aérienne", a-t-il ainsi déclaré.

Copyright de l’image REUTERS
Image caption Les combats entre milices armées se sont intensifiés

Les autorités ont appelé les habitants des environs à quitter la zone, par crainte d'une "explosion d'une grande ampleur". Le gouvernement libyen a aussi demandé une aide internationale, et "plusieurs pays veulent y envoyer des avions", selon un communiqué des autorités libyennes.

Le danger le plus important serait une propagation des flammes aux réservoirs de gaz ménager, stockés sur le même site et géré par la compagnie publique Brega. Toujours selon Mr Al-Hrari : "Une grande explosion risque alors de se produire et provoquera des dégâts sur un rayon de 3 à 5 km".

L'aéroport de Tripoli est fermé depuis le 13 juillet, date du début des combats entre des milices armées qui ont fait plus de 97 morts et 400 blessés.

Lire plus