Le Liberia se dit dépassé par Ebola

Une équipe médicale engagée dans la lutte contre la fièvre Ebola, au Liberia Copyright de l’image
Image caption Une équipe médicale engagée dans la lutte contre la fièvre Ebola, au Liberia

Lewis Brown, le ministre de l'Information du Liberia, a admis que le système de santé publique de son pays est surmené.

Il a cependant rejeté les déclarations de Médecins sans frontières (MSF) selon lesquelles le Liberia a sous-estimé l’ampleur de l’épidémie.

MSF, une organisation humanitaire d’origine française, a déclaré à la BBC que le ministère libérien de la Santé était "complètement submergé" par l’épidémie de fièvre Ebola.

Elle a aussi douté des statistiques fournies par le Liberia sur cette épidémie.

Lindis Hurum, responsable des urgences à MSF, a dit que les statistiques données par les autorités libériennes sur la maladie paraissaient peu fiables.

"Les données ne sont pas fiables. Nos chiffres sont différents de ceux du gouvernement qui, à notre avis, a sous-estimé la réalité", a-t-elle soutenu.

Ce ne sont pas seulement les personnes infectées par le virus Ebola qui vivent les conséquences de la maladie dans ce pays, a signalé Lindis Hurum.

Elle déclare que certains Libériens ne peuvent pas se soigner en raison de la fermeture de certains hôpitaux.

Image caption Campagne de sensibilisation contre la fièvre Ebola, au Liberia

"Cinq des plus grands hôpitaux de Monrovia ont été fermées pendant plus d’une semaine. Certains de ces hôpitaux sont désormais rouverts", a indiqué Hurum.

"Mais dans d’autres régions, les hôpitaux sont abandonnés par le personnel médical. Le système de santé est en train de s’effondrer", a-t-elle souligné.

MSF intervient dans la lutte contre l'épidémie de fièvre Ebola, en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) déclare que la progression de la maladie en Afrique de l'Ouest est devenue une "urgence de santé publique de portée mondiale".

Jeudi, elle estimait à 961 le nombre de personnes mortes de la fièvre Ebola en Afrique de l’Ouest, depuis l’apparition de la maladie dans la sous-région, en février dernier.

Le Liberia, la Guinée et la Sierra Leone sont les pays les plus touchés. Neuf cas, dont deux décès, ont été signalés au Nigeria.