Ebola : nouveaux cas avérés et estimés

  • 11 août 2014
Hôpital de Lagos au Nigeria où a été hospitalisé le premier malade du virus Ebola dans le pays Image copyright Getty
Image caption Hôpital de Lagos au Nigeria où a été hospitalisé le premier malade du virus Ebola dans le pays

L’épidémie de fièvre Ebola qui a tué à ce jour au moins 932 personnes dans quatre pays d’Afrique de l’Ouest (Guinée, Liberia, Sierra Leone, Nigeria) menace de s’étendre au-delà, poussant l’OMS à déclarer une urgence de santé publique internationale.

Lundi, le Nigeria a confirmé un nouveau cas de malade touché par le virus Ebola, portant à dix au total le nombre de cas avérés (sur 177 suspectés) dont deux mortels.

Selon le ministre nigérian de la Santé, il s’agit d’une infirmière ayant été en contact avec Patrick Sawyer. Cet employé du gouvernement libérien est décédé le 25 juillet de la maladie à Lagos, peu après son arrivée d’un voyage en provenance du Liberia, via le Togo.

Une autre infirmière qui avait été en contact avec cet homme est décédée la semaine dernière, devenant le premier cas de Nigérian tué par le virus Ebola.

Cas suspect au Rwanda

Jusqu’ici, cette épidémie Ebola, la plus mortelle depuis l’apparition de la maladie en 1976 simultanément en République Démocratique du Congo et au Soudan, ne touche que l’Afrique de l’Ouest.

Mais le Rwanda a annoncé dimanche soir avoir placé en quarantaine un étudiant allemand hospitalisé à Kigali "présentant des symptômes de la maladie".

Selon la ministre rwandaise de la Santé, la victime souffre de fièvre et est atteint de paludisme. L’étudiant avait passé plusieurs jours au Liberia avant de se rendre au Rwanda. Des tests devront permettre sous 48h de confirmer s’il s’agit bien d’un cas Ebola.

Image copyright BBC World Service

Ailleurs dans le monde

Les autorités sanitaires sénégalaises ont écarté la piste d’un cas Ebola, alors qu’un homme de 27 ans venant du Mali et présentant certains symptômes avait été mis en isolement samedi à l'hôpital d’Ourossogui.

L’Égypte a elle aussi écarté la thèse d’un malade dû à Ebola, l’agence de presse nationale MENA affirmant qu’un passager suspecté d’avoir contracté la maladie souffrait en fait du paludisme.

Au Canada, le ministre de la Santé de l’Ontario a fait savoir que les tests effectués sur un patient revenant du Nigeria, lui aussi suspecté d’avoir été touché par Ebola, sont revenus négatifs.

Image copyright BBC World Service

Lire plus