Ebola: le Libéria recevra les ZMapp

Image caption Ebola a franchi le cap des 1000 mots

Le gouvernement libérien a annoncé que le pays va recevoir des médicaments non homologués, ZMapp, pour traiter les personnes infectées par le virus Ebola.

La décision est intervenue après une demande introduite auprès des États-Unis par la présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf, selon toujours le gouvernement.

Un comité d'experts réuni par l'OMS a approuvé l'emploi de ces traitements en premier lieu dans les pays d'Afrique de l'Ouest touchés par l'épidémie.

L'Organisation mondiale de la santé affirme que 1013 personnes sont mortes après avoir contractées le virus Ebola.

Réuni à Genève, le comité a abouti au consensus qu'il "est éthique d'offrir des traitements non homologués dont l'efficacité n'est pas encore connue ainsi que les effets secondaires, comme traitement potentiel ou à titre préventif".

Des responsables américains ont indiqué que leur rôle s'est limité à mettre en contact les responsables libériens avec la firme pharmaceutique, qui produit Zmapp.

La société a affirmé que les médicaments ont été offerts gratuitement.

Entretemps, le missionnaire espagnol atteint du virus Ebola et rapatrié jeudi dernier à Madrid en provenance du Liberia, est décédé mardi.

Il est devenu ainsi le premier européen à succomber au virus Ebola depuis le début de l'épidémie en janvier.

Par contre, le fils de la missionnaire américaine infectée par le virus Ebola en Afrique et traitée avec le sérum expérimental, a affirmé que sa mère va bien.

Nancy Writebol a été traitée avec ZMapp, qui n'avait jamais auparavant été utilisé chez des humains mais s'était montré très efficace chez des singes.

Lire plus