Niger: des églises incendiées à Niamey

Une manifestation contre la dernière Une de Charlie Hebdo, ce 17 janvier 2015 à Niamey. Copyright de l’image AFP
Image caption Une manifestation contre la dernière Une de Charlie Hebdo, ce 17 janvier 2015 à Niamey.

Des manifestants en colère contre la Une du journal satirique français Charlie Hebdo caricaturant le prophète Mohamed ont mis le feu à des églises et à des voitures de police.

Des personnes ont été arrêtées par la police, selon le correspondant de BBC Afrique à Niamey.

Mgr Michel Cartatéguy de la cathédrale de Niamey a décrit une "situation très grave". Il affirmait être en compagnie de prêtres effrayés, qui attendaient tous d’être exfiltrés sous escorte.

Les manifestations contre la publication d’une caricature du prophète Mohamed par Charlie Hebdo ont repris samedi dans la capitale nigérienne.

Des témoins rapportent que la police a tiré des gaz lacrymogènes pour tenter de disperser les manifestants.

Ils font état de la présence d’un millier de manifestants réunis à la grande mosquée de Niamey.

Selon le gouvernement, trois civils et un gendarme ont été tués vendredi lorsque des manifestants ont saccagé le centre culturel franco-nigérien, des églises, des débits de boissons et le siège du parti au pouvoir, le PNDS, à Zinder, la deuxième ville du pays.

Une quarantaine de blessés ont été dénombrés dans cette ville située dans le sud du Niger.

Les protestataires disent dénoncer la présence du président nigérien à la marche de Paris et son soutien au journal Charlie Hebdo, en déclarant qu’il est pro-Charlie.