Le café en danger

Le goût du café changera-t-il au fur et à mesure que la planète se réchauffe ?

Des scientifiques de Kew Gardens à Londres estiment que les consommateurs de café pourraient ressentir une dégration du goût et une augmentation des prix en raison de la faible quantité des terres cultivables pour le café, un effet direct du réchauffement climatique.

La production de café en Éthiopie, l'origine du café de haute qualité et le plus grand exportateur de café, pourrait être sérieusement compromise au cours des siècles à venir si des mesures ne sont pas prises rapidement selon un rapport (https://www.nature.com/articles/nplants201781) publié aujourd'hui.

"En Éthiopie ainsi qu'aux quatre coins du monde, si nous n'agissons pas rapidement, il y aura moins de café, il sera moins bon et coûtera plus chèr", Dr Aaron Davis, chercheur spécialisé en café à Kew Gardens et membre de l'équipe de spécialistes auteurs du rapport.

Le café va-t-il disparaitre ?

La consommation a doublé en 35 ans…

large coffee cup
large coffee cup

4,9 milliards de kg

1980

9,5 milliards de kg

2016

La production est sensible aux conditions météorologiques extrêmes...

Milliards de kilogrammes

coffee_chart

10

8

6

4

2

0

1980

2016

Avec le changement climatique, les zones de production de café vont diminuer

Zones aujourd’hui propices à la production de fèves Arabica Production en 2050

Chiffres actuels

48 %Amérique Centrale

60 %Brésil

70 %Asie du Sud-Est

Source : Organisation Internationale du Café, Christian Bunn (Journal du Changement Climatique)

Selon les prévisions du comité intergouvernemental de l'Organisation internationale du café (ICO), la consommation excèdera les niveaux de production pour la troisième année consécutive. Pour l'heure, les stocks accumulés durant les années de forte production ont permis d'éviter les pénuries et une flambée des prix.

L'ICO a indiqué qu'étant donné que les exportateurs ont dû puiser dans leurs ressources, leurs stocks de café sont bas. En dehors des perspectives de changement climatique à long terme, les récentes inquiétudes liées aux conditions climatiques au Brésil et au Vietnam, les deux plus grands producteurs de café, se sont atténuées. Tout évènement climatique imprévu dans les mois qui viennent pourrait entraîner une pénurie de fève de café.

Cependant, ce sont les perspectives à plus long terme qui préoccupent davantage les agriculteurs et les consommateurs de café.

Le docteur Tim Schilling, directeur du World Coffee Research Institute, une organisation financée par l'industrie du café, estime que "l’approvisionnement en café de haute qualité est gravement menacée par le changement climatique, les maladies et les rongeurs, la pression foncière, et les pénuries de main-d'œuvre - et la demande pour ce café augmente chaque année". Dans certaines régions de café, les températures ont augmenté et ont un déjà un impact sur la qualité, ajoute-t-il.

"Le résultat logique est que les prix devront augmenter, en particulier pour les cafés les plus performants, les plus menacés", ajoute-t-il.

Fermier éthiopien récoltant des fèves de café

Ethiopie : le pays du café

Les zones de production de café en Éthiopie pourraient diminuer jusqu'à 60 % en raison d'une augmentation de la température de 4° C d'ici la fin du siècle, selon l'étude de Kew Gardens et de leurs collaborateurs en Ethiopie.

La hausse de température de 4° C est basée sur un scénario dans lequel les émissions de gaz à effet de serre restent élevées d'ici 2100. Cette perspective est l'une des prévisions à grande échelle des émissions de gaz à effet de serre du Panel international sur les changements climatiques (IPCC).

Cependant, même si l'on envisage un scénario moins dramatique, les zones de production de café en Éthiopie rétréciraient encore de 55 %, selon Kew Gardens.

"Une approche 'business as usual' serait désastreuse pour l'économie éthiopienne du café à long terme, estiment Justin Moat de Kew, co-auteur de l'expertise.

"Je ne peux plus entretenir et nourrir ma famille" Jamal Kasim, producteur de café éthiopien

Comment la production de café pourrait changer

Les cartes montrent le changement de terres propices à la croissance du café en Éthiopie, d’après l’étude de Kew Gardens

Mais le Dr Davis tient à souligner qu’il n’est pas totalement pessimiste. La relocalisation des zones de culture du café combinée à la conservation des forêts et au reboisement, pourrait permettre une croissance substantielle des zones propices à la culture des fèves, selon les recherches de Kew.

"Il existe un potentiel pour atténuer certains des effets négatifs et multiplier par quatre fois et demi la surface de culture du café au lieu de maintenir le statu quo", dit le Dr Davis.

Le mode lecture n'est pas disponible sur votre appareil
"La foret se transforme en désert" La vie d’un agriculteur de café dans l’est de l’Ethiopie

Séquences vidéo et interviews recueillies début de 2016 dans l'Est de l'Éthiopie. Des parties du pays continuent la lutte contre la sécheresse, 7,7 millions de personnes nécessitant une aide alimentaire d'urgence.

Le café fait vivre près de 15 millions d'Ethiopiens, soit 16% de la population.

Les dernières années pour les agriculteurs de l'Est du pays, où le réchauffement a déjà eu une incidence sur la production, ont été difficiles, et beaucoup d'entre eux ont fait état de pertes importantes suite à un état de sécheresse prolongée.

Depuis 10 ans qu’il plante des caféiers, l’agriculteur Jamal Kasim a noté des changements importants dans ses récoltes

"Au cours des premières années, les arbres produisaient beaucoup de fruits, mais maintenant ils sont devenus stériles. Je ne peux plus entretenir et nourrir ma famille" dit-il.

Séchage des fèves de café

Brésil: premier producteur de café au monde

L'Ethiopie ne serait pas le seul pays à connaitre des problèmes potentiels de production de café. Une étude publiée par les experts du Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), soutenu par les Nations Unies, décrit des inquiétudes similaires au Brésil.

Ces trois dernières années, nous avons eu des niveaux de pluies inférieurs à la moyenne et les cultures sont en souffrance Inacio Brioschi, producteur de café brésilien

La surface totale de production de deux des principaux Etats producteurs de café du pays, le Minas Gerais et Sao Paulo, pourrait passer de 70-75% à 20-25% suite à une hausse des températures de 3 degrés Celsius et une augmentation de 15% des précipitations.

Ces cartes montrent l'impact de la sécheresse au Brésil sur les principales régions productrices de café du pays

Ces deux dernières années, la pire sécheresse jamais enregistrée au Brésil depuis un siècle a frappé très durement les principales régions productrices de café. La production de café dans l'Etat du Minas Gerais, qui produit plus de la moitié du café brésilien, a chuté d'environ 20% par rapport à la forte récolte de 2013.

La production de la sève Arabica de qualité supérieure a connu un succès de juillet 2014 à juin 2015. Des périodes de sécheresse prolongées couplées à des températures élevées dans l'état d'Espirito Santo dans les deux années suivantes ont également entraînées des récoltes plus faibles de la sève Robusta plus amère.

Les réserves d’eau locales utilisées par les agriculteurs aujourd'hui pour arroser leurs cultures sont asséchées. Les fonctionnaires du gouvernement ont interdit ou restreint l'irrigation dans un certain nombre de villes pendant les périodes de sécherese extrême et favorisent la construction de nouveaux réservoirs pour assurer que l'eau soit stockée plus efficacement en cas de pluie intense.

Août 2014

Images satellites du réservoir Jaguari en 2014, révélant les effets de la sécheresse

Août 2013

Images satellites du réservoir Jaguari en 2013

Les images satellites montrent la variation du niveau d'eau dans le réservoir Jaguari à Sao Paulo, au Brésil, suite à la sécheresse de 2014. Images de la Terre depuis l'Observatoire de la NASA, enregistrées par Landsat

"Au cours des quatre dernières années, nous avons eu des niveaux de pluies inférieurs à la moyenne et les cultures en souffrent", explique Inacio Brioschi, un producteur de café de Espirito.Santo.

Brioschi a perdu la moitié de sa récolte en 2016 et s'attend cette année à ce que la production soit 60 % inférieure à la moyenne.

Le mode lecture n'est pas disponible sur votre appareil
"Il n’y a plus rien à récolter" Combattre la sécheresse au Brésil

Des séquences vidéo et des interviews ont été recueillies début 2016 dans l'état Espirito Santo au Brésil. La BBC a parlé à nouveau aux nouveaux producteurs de café en mai 2017 et ils ont signalé que la situation avait empirée cette année.

Une seule sécheresse ne peut être attribuée au changement climatique, souligne le Dr Peter Baker, de l'Initiative sur le Café et le Climat, un organisme financé en partie par l'industrie du café. Cependant, ces phénomènes météorologiques extrêmes constituent un défi majeur pour l'industrie du café.

"Ce n’est pas seulement le fait que les températures augmentent de façon constante. Les événements climatiques majeurs qui durent des mois sont plus destructeurs" dit le Dr Baker.

Selon Richard Betts, directeur de recherche sur les impacts climatiques au Centre Hadley du Met Office au Royaume-Uni, les études de modélisation du climat soutiennent l'idée que les températures les plus extrêmes sont liées au changement climatique.

Selon lui, les phénomènes de sécheresses associés à la hausse des températures signifient que les événements météorologiques ont un impact plus important.

"Avec la hausse des températures de la planète, il est juste de dire que lorsque les sécheresses se produisent, leurs effets sont souvent plus intenses en raison du réchauffement, ce qui augmente l'évaporation et la sécheresse des sols" explique M. Betts.

Plantations de café à Jaguare, Etat de Espirito Santo au Brésil

La technologie peut-elle sauver le café?

Tandis que les phénomènes météorologiques ont un impact sur les producteurs de café en Éthiopie et au Brésil et que les scientifiques prévoient une réduction des zones où le café de haute qualité peut se développer, un certain nombre de pays producteurs de café connaissent des récoltes record. La raison, selon le Dr Baker, c'est la déforestation.

"En dehors du Brésil, où des améliorations technologiques ont permis des augmentations de productivité, c’est principalement la déforestation qui a permis d’augmenter les surfaces agricoles de café, pour presque tous les pays où la production de café est en pleine expansion" dit-il.

À long terme, la technologie peut peut-être jouer un rôle encore plus important pour assurer l'avenir du café.

En 2014, la séquence complète du génome de l’Arabica a été rendue publique afin d’accélérer le processus de sélection des plantes capables de supporter des conditions de vie plus chaudes.

En outre, l'Institut mondial de recherche sur le café travaille sur un programme de sélection végétale afin de «créer» une "meilleure sélection" du café Arabica afin d’augmenter sa diversité et le rendre plus résistant aux changements climatiques.

Mais ce n'est pas quelque chose qui peut arriver du jour au lendemain, et d'ici là, les buveurs de café risquent de devoir payer plus chèr du café moins bon lorsqu'ils iront à leur coffeeshop préféré.


Crédits

Conçu par Tom Nurse, James Offer et Luke Keast. Développement par Steven Connor et Becky Rush. Images et vidéos par Colin Cosier et Rafael Barifouse. Production vidéo additionnelle par Joe Inwood et Vladimir Hernandez. Ecrit et produit par Nassos Stylianou et John Walton. Images satellites du Brésil : Earth Observatory de la NASA, filmé par Lansat.

Partagez cet article