Rio : s’automutiler pour gagner

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Certains sportifs se mutilent des parties du corps pour améliorer leur performance.

Les Jeux paralympiques débutent mercredi 7 septembre à Rio (Brésil) mais les organisateurs font déjà face à plusieurs cas de tricherie.

Certains sportifs se mutilent les membres ; une fois le nerf mort, la pression artérielle augmente, ce qui améliore le flux sanguin et donc la performance du sportif.

Selon un rapport de l'Agence mondiale antidopage et le Comité international paralympique publié entre 2008 et 2009, plus de 16% d'athlètes ont eu recours à ce genre de procédé, tout en étant conscients des probables répercussions sur leur état de santé.

De plus, cette année, plusieurs athlètes paralympiques aggravent aussi leurs handicaps pour concourir dans des épreuves plus faciles.

Aux Jeux de Sydney 2000, par exemple, 10 des 12 membres de l'équipe espagnole de basket-ball avaient exagérer leur état mental sur ordre de la fédération nationale sportive des handicapés mentaux.

L'un d'entre eux a révélé dans un livre que leur quotient intellectuel étant supérieur à 70, ils n'auraient pas du concourir aux Jeux paralympiques.