La RDC, le "pire endroit" pour les footballeurs

L'engouement que suscite le football en RDC contraste avec les mauvaises conditions d'exercice de ce sport. Copyright de l’image Getty Images
Image caption L'engouement des Congolais pour le football contraste avec les conditions d'exercice qu'offre ce pays pour cette discipline sportive.

Le "triste état" du football professionnel en République démocratique du Congo (RDC) contraste avec l'enthousiasme que suscite ce sport dans ce pays.

Une étude sur le football mondial, menée dans 54 pays par la Fédération internationale des associations de footballeurs professionnels (Fifpro), vient de révéler que la RDC est le pays le moins attrayant pour ceux qui aspirent à faire carrière dans le football.

Selon la Fifpro, le nombre de joueurs ayant subi des "agressions" durant leur formation dans ce pays est trois fois supérieur à la moyenne mondiale.

Un joueur sur quatre, qui évoluent en RDC, a subi au moins une "agression" des supporters, lors d'un match, soit le taux le plus élevé du sondage.

La République démocratique du Congo bat encore un record triste : le taux de violence en dehors des journées de compétition est trois fois supérieur à la moyenne mondiale.

Pour preuve, un joueur sur cinq évoluant dans ce pays affirme avoir été victime d'une "intimidation" ou d'un "harcèlement" de la part de ses collègues.

Le même pourcentage de joueurs interrogés déclare avoir subi des "pressions" lorsqu'il s'agit de renouveler leur contrat, encore un record mondial, selon la Fifpro.

Cette organisation révèle, concernant toujours les mauvaises conditions de travail des footballeurs en RDC, que la moitié d'entre eux dit ne pas bénéficier de congés hebdomadaires.