Rapport McLaren: le mode opératoire de dopage des Russes attendu

Le mécanisme de falsification avait commencé avant les JO de Sochi Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le mécanisme de dopage avait commencé avant les JO d'hiver de Sochi

Le juriste canadien Richard McLaren doit présenter la suite et la fin de son rapport sur le dopage systématique et étatisé en Russie.

De nouvelles preuves de la récurrence et du systématisme des tricheries russes viendront compléter le premier volet.

Le mécanisme a notamment été élaboré autour des Jeux d'hiver de Sotchi-2014.

Les révélations avaient secoué le monde sportif le 18 juillet à quelques jours de l'ouverture des jeux Olympiques de Rio. Le juriste était chargé, par l'Agence mondiale antidopage d'enquêter sur les dires de l'ancien patron du laboratoire de Moscou, Grigori Rodtchenkov, deux mois plus tôt.

Entre 2011 et 2015, les laboratoires russes auraient eu recours à des falsifications et/ou des manipulations d'échantillons.

Les sanctions individuelles avaient frappé plus d'une centaine de sportifs russes, impliqués de près ou de loin dans le rapport McLaren, interdits de participer aux Jeux de Rio.