Les conclusions choc du rapport Mc Laren

Richard McLaren Copyright de l’image AP
Image caption L'auteur de ce rapport, Richard McLaren (Centre)

"Un dopage institutionnalisé entre 2011 et 2015 concernant plus de 1000 sportifs russes et plus de 30 sports ", ce sont les principales conclusions du rapport McLaren publié ce vendredi dans sa totalité à Londres.

Le juriste canadien qui a donné son nom au document precisé qu'une conspiration institutionnelle a été mise en place pour les sports d'hiver et d'été avec l'intervention du ministère russe des Sports, de l'Agence russe antidopage, du laboratoire antidopage de Moscou et des services secrets russes.

L'objectif du système était aussi, toujours selon le rapport, de manipuler les contrôles antidopage en versant du sel et du Nescafé dans les échantillons d'urine afin de fausser les résultats. Ces manipulations concernaient les échantillons prélevés avant les Jeux Olympiques de 2012 à Londres.

Toujours selon le document, l'ancien directeur du laboratoire antidopage de Moscou, Grigory Rodchenkov, était aussi membre du FSB, les services secrets russes.

Copyright de l’image AP
Image caption Plus de 1 000 athlètes russes sont impliqués selon ce rapport

Il était devenu directeur du laboratoire antidopage de Moscou en 2007 et il a fui aux Etats-Unis avant de dénoncer toutes ces pratiques dans les colonnes du New York Times.

Le ministère russe des Sports a démenti ce vendredi l'existence d'un programme d'Etat. Le ministère affirme vouloir continuer à lutter contre le dopage en appliquant "une tolérance zéro."

Il précise que la Russie "étudiera soigneusement" les conclusions du rapport McLaren afin d'avoir "une position constructive."

Suite la à la publication du rapport McLaren, le Comite International Olympique (CIO) a fait savoir que les échantillons de tous les sportifs russes ayant participés aux JO de Londres en 2012 vont être examinés ou réexaminés.