CAN 2017 : Burkina-Egypte, une demi-finale choc

Les Etalons du Burkina Faso lors d'une séance d'entraînement Copyright de l’image Gabriel Bouys
Image caption Les Etalons du Burkina Faso lors d'une séance d'entraînement

Le Burkina Faso et l'Egypte vont disputer une place en finale de la Coupe d'Afrique des nations (CAN) 2017, mercredi 1er février, à 19 heures GMT, à Libreville.

Aucune des deux équipes n'a subi la moindre défaite au Gabon. Et l'Egypte, septuple champion d'Afrique, est la seule équipe qui n'a pas encore encaissé de but depuis le début de la CAN.

Pour la préparation de ce match, les Etalons du Burkina Faso ont 24 heures d'avance sur les Pharaons d'Egypte pour avoir joué en premier leur match des quarts de finale.

"Ce n'est pas une situation idéale pour nous, mais nous n'avons pas d'autre choix que de nous adapter", a réagi, au sujet de cet avantage, l'entraîneur de l'Egypte, Hector Cuper.

"Nous rêvons de faire mieux qu'en 2013"

"Les joueurs auront le temps de se réhabiliter, et nous espérons qu'ils seront prêts pour venir jouer mercredi soir", espère le technicien égyptien.

Une blessure au mollet exclut de cette demi-finale le milieu de terrain égyptien, Mohamed Elneny.

L'attaquant Marwan Mohsen est improbable pour ce match en raison d'un problème au genou.

Mais l'Egypte pourrait préserver son invincibilité en demi-finale de la CAN depuis 31 ans.

A ce stade de la compétition, les Pharaons ont éliminé le Maroc (1986), le Burkina Faso (1998), le Sénégal (2006), la Côte d'Ivoire (2008) et l'Algérie (2010).

Ils ont fait match nul (0-0) avec le Mali, avant de remporter trois victoires consécutives (1-0) sur l'Ouganda, le Ghana et le Maroc, à la CAN 2017.

Copyright de l’image Justin Tallis
Image caption L'Egyptien Essam El Hadary (à droite), 44 ans, participe à la CAN pour la septième fois.

Cuper vante les mérites de son gardien Essam El Hadary, le doyen des footballeurs de cette CAN, âgé de 44 ans.

"Il est le premier à être présent sur le terrain d'entraînement, et le dernier à quitter", a tenu à dire le technicien argentin, parlant d'El Hadary.

El Hadary fait partie de l'équipe égyptienne qui a battu (2-0) le Burkina Faso en demi-finale de la CAN 1998, il y a 19 ans, en terre burkinabè.

Le Portugais Paulo Duarte, sélectionneur du Burkina Faso, évite pour sa part les prédictions.

"Nous rêvons de faire mieux qu'en 2013", a-t-il sobrement déclaré, faisant référence à la défaite du Burkina Faso en finale de la CAN de cette année-là, en Afrique du Sud, devant le Nigeria (1-0).

"Mon équipe est capable de produire un football fantastique", ajoute Duarte.

"Un football fantastique"

Les Etalons progressent à la Coupe d'Afrique des nations, malgré les blessures qui ont mis à l'écart des pelouses deux joueurs clés, Jonathan Pitroipa, élu meilleur joueur de la CAN 2013, et Jonathan Zongo.

Ce dernier n'a plus joué depuis la première semaine du tournoi, à cause de blessures au genou.

"Nous avons d'autres joueurs. C'est une équipe que j'ai commencé à construire depuis sept ans. Je connais toutes les capacités de cette équipe", affirme Duarte.

Le gardien des Etalons, Hervé Koffi, 24 ans, a maintenu ses filets inviolables depuis qu'il a encaissé un but du Camerounais Benjamin Moukandjo et un deuxième du Gabonais Pierre-Emerick Aubameyang.

Les Burkinabè peuvent compter sur des joueurs talentueux comme Bakary Koné, le capitaine Charles Kaboré, Préjuce Nakoulma et l'attaquant Aristide Bancé.

Le Cameroun et le Ghana joueront la seconde demi-finale de la CAN, jeudi, à 19 heures GMT, à Franceville.