Athlétisme : les départs africains bloqués

Lord Coe, dirigeant de l'IAAF, parlant à l'athlète Mo Farah après une course remportée par celui-ci en 2016 à Newcastle Copyright de l’image Getty Images
Image caption Lord Coe, dirigeant de l'IAAF, parlant à l'athlète Mo Farah après une course remportée par celui-ci en 2016 à Newcastle

L'organe dirigeant de l'athlétisme mondial, l'IAAF, a désormais interdit le changement de nationalité des athlètes.

Le président de l'organisation, Lord Coe, a déclaré que les multiples transferts réguliers d'athlètes, surtout en provenance d'Afrique, étaient dus à l'inadaptation des règles qui existaient jusque-là.

En effet, plus de vingt Kenyans ont représenté d'autres pays aux Jeux olympiques de Rio l'an dernier.

Il a également été noté que beaucoup de coureurs de fond d'origine éthiopienne ont également changé de nationalité.

Le représentant de l'Afrique au Conseil de l'IAAF, Hamad Malboub, avait déclaré qu'il y avait actuellement un grand marché pour les talents africains ouvert aux plus offrants.