Mali: "la sécurité de Giresse n'est pas garantie"

Media playback is unsupported on your device
La sécurité de Giresse n'est pas garanti

L'élimination du Mali au premier tour de la Coupe d'Afrique des Nations pose le problème du maintien ou non du sélectionneur national, Alain Giresse et de son adjoint, Amadou Pathé Diallo.

Le président de la Fédération malienne de football souhaite la démission de l'entraineur français mais ce dernier ne semble pas l'entendre de cette oreille.

"Son contrat court jusqu'en novembre 2017. C'était un contrat d'objectifs. Mais un contrat est fait pour être cassé lorsque les deux parties ne sont pas d'accord. Le plus simple pour nous est que Giresse démissionne", a déclaré Boubacar Diarra.

Le Mali a été éliminé au premier tour de la CAN 2017 avec 2 points soit 2 matchs nuls contre l'Egypte (0-0) et l'Ouganda (1-1).

Les supporteurs des Aigles du Mali sont très remontés contre l'entraineur Alain Giresse qui veut revenir à Bamako.

"Personne n'a interdit à Giresse de revenir au Mali. Cependant, je ne peux lui garantir sa sécurité. L'atmosphère ambiante à Bamako ne lui permet pas de circuler. En arrivant, même des bagagistes peuvent l'agresser. Je ne peux pas mettre un policier derrière lui à chaque coin de rue de Bamako. Alors je lui ai demandé de patienter un peu, le temps que les gens métabolisent leur rancœur. Il peut venir s'il peut assurer sa sécurité", a indiqué Boubacar Diarra, le président de la Fédération Malienne de Football", a expliqué le président de la fédération.