Le Nigeria en finale

Image caption Face à des Maliens trop limités, le Nigeria s'est largement imposé.

Le Nigeria s'est qualifié pour la finale de la Coupe d'Afrique des nations de football en laminant le Mali en demi-finale 4-1.

La tristesse de Patrice Carteron à l’issue de cette rencontre cauchemardesque pour son équipe, traduit bien la difficile soirée vécue par le Mali face à une formation du Nigeria sur des nuages.

Bien en place, les Nigérians annoncent les couleurs à la 25e minute par le latéral gauche Echiejile Elderson qui reprend victorieusement un centre d’Ideye.

Le Nigeria allait remettre une nouvelle couche cinq minutes plus tard par Ideye.

Insatiables, les Super Eagles donnent un autre coup de serre aux Maliens à deux minutes de la pause sur une frappe déviée de l’attaquant Emmanuel Emenike qui porte ainsi son capital but à trois.

Les coéquipiers de Seydou Keita allaient céder une quatrième fois sur une chevauchée du nouvel entrant Ahmed Musa qui a surpris d’une frappe le goal Mamadou Samassa.

Le Mali réduit la marque par Cheikh Fanta Mady Diarra à la 74e minute, mais la révolte malienne n’ira pas plus loin que cela.

Quatre buts à un, le Nigeria a eu la main particulièrement lourde face au Mali et envoie un signal fort en direction de son adversaire pour la finale.

Fin tacticien, Stephen Keshi, le sélectionneur du Nigeria, comme face à la Côte d’Ivoire, à étouffé Seydou Keita le métronome du Mali, privant du coup les attaquants de balles.

Il a en outre joué sur la lourdeur de la défense adverse. « On savait qu’en laissant Keita jouer, il peut être dangereux et changer le cours du jeu à tout moment, en plus on savait que les défenseurs maliens ne sont pas rapides et on a mis des joueurs qui vont vite et ça a payé ».

En dépit de la débâcle, Patrice Carteron, le sélectionneur du Mali, veut plutôt positiver.

Par cette victoire retentissante, le Nigeria se présente comme un sérieux prétendant au titre à l’issue de la finale ce dimanche au Soccer City stadium de Johnnesbourg. Une autre paire de manche.