L'athlétisme kényan éclaboussé par le dopage

Wilson Erupe menant la course au marathon de Seoul
Image caption Wilson Erupe menant la course au marathon de Seoul en mars 2012.

Trois marathoniens kényans ont été suspendus par la fédération.

Wilson Erupe et Nixon Kiplagat ont été suspendus pendant deux ans.

Moses Kiptoo Kurgat a écopé pour sa part d'un an de suspension.

En revanche aucune charge n'a été retenue contre Francis Kibiwott.

Erupe avait gagné le marathon de Séoul en 2h 05 mn 06 sec, le record de l'épreuve.

Il avait été contrôlé positif à l'EPO lors d'un test réalisé hors compétition l'année dernière.

C'est le premier athlète kényan sanctionné pour avoir pris ce produit dopant.

Kiplagat a été lui suspendu pour usage d'un stéroïde anabolisant (nandrolone) après une compétition au Mexique.

Les trois athlètes avaient été suspendus l'an dernier en attente de l'analyse d'autres échantillons sanguins, qui ont confirmé la prise de substance illicite.

David Okeyo, secrétaire général de la fédération kényane d'athlétisme, a déclaré en substance que les autorités kényannes n'avaient rien à cacher et que s'il était prouvé qu"il y ait d'autres cas de dopage, les noms des fautifs seraient dévoilés.