L'ONU condamne les violences à Kinshasa

Le Prince Zeid a condamné l'usage excessif de la force, et l'incendie du siège de plusieurs partis politiques. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le Prince Zeid a condamné l'usage excessif de la force, et l'incendie du siège de plusieurs partis politiques.

Le commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, affirme que les autorités de la République démocratique du Congo ont besoin de changer ce qu'il a qualifié de « position extrêmement conflictuelle » pour éviter une crise majeure.

Le Prince Zeid a condamné l'usage excessif de la force, et l'incendie du siège de plusieurs partis politiques.

Au moins cinquante personnes, principalement des partisans de l'opposition, ont été tuées lors d'affrontements dans la capitale Kinshasa au début de la semaine.

Selon l'ONU, le nombre de morts pourrait être beaucoup plus élevé.

Trois jours après les violences, le Président Kabila a promis d'apporter son "soutien à l'action judiciaire engagée" contre les auteurs présumés des violences.

Le Chef de l'Etat congolais dont le mandant prend foin en principe le 19 décembre a présenté ses condoléances aux familles des blessés et des personnes tuées lors des manifestations organisées par l'opposition, lundi 19 septembre, à Kinshasa.