Gambie : l'armée stratégiquement déployée

Des militaires Gambiens en parade. Yahya Jammeh a déployé l'armée dans des endroits stratégiques de la capitale. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Des militaires Gambiens en parade. Yahya Jammeh a déployé l'armée dans des endroits stratégiques de la capitale.

Après sa déclaration télévisée contestant les résultants de la présidentielle, Yahya Jammeh a déployé l'armée dans les endroits stratégiques de la capitale.

Selon des témoins, des militaires lourdement armés de fusils d'assaut et d'artilleries lourdes étaient déployés samedi dans les rues de Banjul.

A Denton Bridge, pont qui sépare Banjul à Serrekunda et aux abords du Palais présidentiel, les militaires sont placés derrière des sacs de sable pour parer à toute velléité.

Les alentours du port de Banjul sont aussi sécurisés et le ferry est immobilisé.

Les frontières sont fermées, selon des témoins sur place. Les lignes téléphoniques et Internet sont coupés.

La peur s'installe

Fatou Jagne Senghor, l'activiste des Droits de l'Homme, avait depuis Banjul fait part de la préoccupation des gambiens quant à leur sécurité.

Adama Barrow, le nouveau président élu, joint au téléphone par le quotidien français Le Monde, a demandé «de descendre dans les rues».

«Nous allons descendre dans les rues aujourd'hui même, samedi, pour un meeting avec le peuple gambien. Pour le retour de la démocratie nous sommes prêts à y laisser la vie», a-t-il dit.

La communauté internationale a condamné ce revirement de Yahya Jammeh.

Le ministre des Affaires étrangères du Sénégal, Mankeur Ndiaye, a mis Jammeh en garde contre toute atteinte à la souveraineté du peuple gambien.

L'Union africaine pour sa part a annoncé dans un communiqué la convocation de son Conseil de paix et de sécurité.

Adama Barrow, le candidat de la Coalition de l'opposition, a remporté la présidentielle avec 46,6% des voix devant Yahya Jammeh qui l'a appelé pour le féliciter.

Sur le même sujet